La dysplasie des hanches



Le terme " dysplasie " signifie une anomalie de forme, de volume ou de fonctionnement. La dysplasie des hanches est donc par définition une malformation du volume, de la forme ou du fonctionnement des articulations des hanches.

Pour mieux comprendre de quoi il en retourne, il faut savoir que l'articulation de la hanche est composée essentiellement d'une boule et d'une pièce concave qui s'emboîtent comme un " joint à rotule " d'automobile. Quand une articulation de la hanche est dysplasique, c'est que la symétrie entre la tête de l'os et la cavité n'est pas parfaite ; par exemple :

a) ces deux pièces ne s'emboîtent pas parfaitement

b) la tête du fémur est aplatie

dysplasie c) la cavité n'est pas suffisamment creuse

Cette " imperfection " qui en résulte peut entraîner un fonctionnement irrégulier de l'articulation , ce qui peut occasionner des problèmes arthritiques, car le corps tente de compenser pour l'articulation défectueuse en construisant des ponts " osseux " qui créeront de l'ostéo-arthrite.

Il est très important de comprendre que c'est le résultat final de cette instabilité de l'articulation qui nuit à l'animal et non la malformation comme telle. Certains jeunes Terre-Neuve peuvent boiter légèrement des membres arrières, spécialement après l'exercice ; et ceci est dû à la tension exercée sur les muscles par le mauvais usage des articulations instables. Mais ce qui précède ne signifie pas qu'il y aura nécessairement une dégénération de l'articulation de la hanche et il n'y a pas lieu de s'inquiéter outre mesure. De plus, certains chiots ont une démarche molle et on ne peut en déduire qu'ils souffrent tous de dysplasie des hanches.

Bien que la dysplasie des hanches se rencontre particulièrement chez les chiens de grandes races, même les chats peuvent en souffrir, ce qui semble indiquer que les causes puissent être multiples. La meilleure explication serait celle qui comprendrait une série de facteurs génétiques complexes (directs et indirects), biomécaniques et environnementaux (la suralimentation ainsi que l'exercice violent et excessif). Selon une étude récente de l'OFA (Orthopedic Foundation for Animals), l'incidence de la dysplasie chez le Terre-Neuve serait de 31,2%.

Pour réduire les risques d'avoir un chiot qui développera la maladie, on doit vérifier le patrimoine génétique de l'animal. Idéalement, les parents et les grands-parents devraient être certifiés et avoir une conformation normale du bassin. Un éleveur sérieux, désireux d'améliorer la race, fera tout en son pouvoir pour diminuer l'incidence de la dysplasie en soumettant son élevage à un examen minutieux. De plus, il sera disposé à répondre à vos questions sur le sujet et vendra ses chiots avec une garantie de santé couvrant les problèmes de dysplasie des hanches.

Retour